BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Goodnight Loving: Merci, bonsoir

Marc-André Savard
30 avril 2009

Retour sur le spectacle de Goodnight Loving et Sunday Sinners
mercredi le 29 avril 2009 à l’Escogriffe
Une présentation de La Bête Rouge

Encore un autre soir devant le cruel embarras du choix. Où vais-je passer le temps? Dans un Centre Bell rempli de méchants clowns et de tripeux de «Noeud Coulant»? Non. Au lancement de The Brains aux Foufs? Hum…J’ai bien un petit goût de cervelle ce soir mais j’vais plutôt faire un bon vieux guess et opter pour Goodnight Loving. Direction l’Esco!

En première partie, on nous sert l’alléchant Sunday Sinners, de Montréal. (En effet, sous cet éclairage rouge, le groupe a l’air de «poulet frît», pour reprendre les mots de Jenna, la chanteuse.)  Plus d’une centaine de personnes s’entassent déjà à l’avant-scène pour se mettre sous la dent les 4 filles (dont l’ancienne claviériste des Sexareenos) et le bassiste, seul porteur de couilles de la formation. Sunday Sinners fait un bon vieux rock des années ’60 qui tend vers le psychédélique. Malheureusement, même après 5 ans d’existence, ce mignon péché manque encore d’assurance sur scène. Dommage ou charmant? Va savoir…  Leur dernier ep, Sweet Jam, est paru sur l’étiquette locale Sonik Chicken Shrimp Records.

Le bar se vide un peu après le show des couchous locaux. Tsssst c’est pas poli de quitter la table devant la visite. Peu importe, ça ne décourage pas Goodnight Loving, du Wisconsin, à nous présenter leur nouveau long-jeu éponyme sorti l’automne dernier. Le groupe continue la soirée dans la même lignée sixties mais avec une touche plus folk. Bon petit show bien rodé avec le rappel poli d’usage de deux tounes toutes aussi bien rodées. Merci, bonsoir. Hop, dans la van pour continuer la tournée nord-américaine, en préparation au retour en Europe en juin!

Merci à Éric

http://thesundaysinners.com/
http://www.myspace.com/thegoodnightloving
http://www.myspace.com/labeterougeprod

Goodnight Loving:

gl_01

gl_02

Pas encore de commentaire.

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos