BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

[Compte rendu show] The Vibrators

Marc-André Savard
20 juin 2009

The Vibrators, Farler’s Fury, Subsistance et Out of Order
le 19 juin 2009 aux Katakombes
Une présentation de Man in Anger

LÉGENDES VIBRANTES

En 77, le punk pique l’Angleterre à vif comme un épingle à couche dans le cul de la Reine. Quelques mois avant la sortie du Never Mind the Bolloks des Sex Pistols, The Vibrators lance Pure Mania, l’un des 50 meilleurs albums punk de tous les temps selon The Guinness Encyclopedia of Popular Music (en vente dans toutes les bonnes librairies).

33 ans et 15 long jeu plus tard, les gars trouvent encore la force de s’entasser dans une van pour une quatrième tournée canadienne en carrière. Un périple de 21 dates qui les amène aux quatre coins du Québec. Montréal a même droit à deux spectacles dans la même semaine, dont celui de ce soir, où plus d’une centaine de personnes répondent à l’appel.

Malheureusement, le temps finit par rattraper son homme. Contrairement au dernier passage en 2005, Knox, le chanteur, guitariste et membre fondateur des Vibrators n’est pas du voyage dû à des problèmes cardiaques…The Show must go on et il est remplacé par l’ex-UK Subs Nigel Bennett.

Ce soir, The Horny Bitches n’est pas de la partie comme prévu. Ceux qui veulent entendre parler de queues et de cumshots peuvent toujours se consoler devant les oeuvres de la peintre Véro qui transpirent le cul sur les murs des Kakatombes.

Le spectacle commence enfin avec Out of Order, établi à Montréal. Du street punk bien rendu et deux covers de choix (dont New Age de Blitz). À surveiller cet été sur l’Ile-des-Patates-Édouard et ailleurs sur la côte est.

Subsistance, aussi de Montréal, poursuit avec leur punk hardcore qui remplit la place de délicates éfluves de swing Crust no. 5. Rodé au quart de tour par une tournée européenne, l’intensité est au rendez-vous. Le groupe y  va aussi de son lot de reprises (Young ‘Til I Die de 7 Seconds et The Streets are Ours d’un obscure groupe allemand).

Ensuite, c’est le punk celtique de Farler’s Fury de Sherbrooke. D’la cornemuse = du plaisir.

Je suis perplexe avant les Vibrators, à voir les faces d’enterrement du groupe. Parraîtrait que le punk dans l’tapis, les sing alongs et autres crachages de bière si typiques de la nouvelle école ne soient pas du tout leur tasse de thé. Eux autres, ils viennent de l’ère du pogo et de The Clash, alors j’me demande comment ils vont réagir à voir le gars défoncé qui rampe devant moi…

Les nuages se dissipent dès le départ quand le feu sacré enflamme le batteur et le bassiste. Ils mettent les bouchées double comme pour compenser l’absence de Knox. Tous leurs hits sont là, dont bien sûr ceux du premier album comme Baby, Baby. La foule, même si sa majorité est oupe-laï-laï, a bien compris le message et reste sur son plancher. Un seul gars se risque à lancer de la bière sur le bassiste et par bonheur, il le fait au moment même ou je pèse sur le délancheur. C’est tu pas de la photo sur le vif ça, hein?

Je quitte le bar à 2h00 du mat pendant que The Vibrators débute son rappel. Eh oui, j’me fait coucher par des vieux, mais par n’importe lesquels: des légendes encore bien «vibrantes»!

Mike

Merci à Dom!

Thevibrators.com
http://www.myspace.com/farlersfury
http://www.myspace.com/subsistance
http://www.myspace.com/outoforderoi
http://www.myspace.com/maninanger

Deux premières photos: Farler’s Fury
Le reste: The Vibrators

Pas encore de commentaire.

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos