BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le show de l’Esprit du Clan (7 septembre 2009)

Marc-André Savard
16 septembre 2009

L’Esprit du Clan, Decrepity, Try To Win, A Wasted Sacrifice
Le 7 septembre 2009 aux Foufounes Électriques
Une présentation de Galy Records

Comme pas mal tout les kids, ce qui m’accroche dans le hardcore est son énergie et son intégrité. Par contre, ça gosse de voir des francophones chanter «Stay true» avec un accent tôsseteur…Y en a trop de ça, surtout chez nous. J’aime l’intégrité, que je disais. En fait, si on veut entendre des français gueuler dans leur langue maternelle et offrir un produit de qualité, faut se tourner vers le métal ou bien regarder du côté de la France, en particulier vers l’Esprit du Clan. Un vol Montréal-Paris coûte une beurrée alors faut attendre qu’une tournée québécoise s’organise pour avoir sa dose du Clan. L’attente aura duré quelques années mais le groupe est enfin de retour au Québec pour une série de dates. Pas question de manquer celle de Montréal.

La soirée commence par A Wasted Sacrifice, un jeune groupe metalcore local. Générique que l’criss, mais un premier album s’en vient de leur côté d’ici quelques semaines.

Le batteur de Try To Win s’est défait un épaule trois jours avant le spectacle, laissant peu de temps à un remplaçant d’apprendre les compositions. Malgré tout, un certain Simon a relevé le défi ce qui permet au groupe de jouer six chansons…sans accrocs en plus! Un quinze minutes old school bourré d’énergie et de dédicaces du guitariste, sûrement encouragé par des potes de la France sur l’alignement…

Du côté de Decrepity, le batteur est top shape et il est présent avec un drums d’environ 112 morceaux. Par contre, le groupe connait son lot de malchance: Après s’être tapé la route de Val d’Or (la ville natale du trio) jusqu’à Montréal, la van s’est fait défoncé. Bye bye guitares et basse. Malgré tout, Decrepity garde le moral et s’en tire bien même sur des instruments empruntés à leurs potes de tournée, l’Esprit du Clan. J’imagine que l’amateur de death trouve son compte avec le premier album du trio, The Decaying of Evolution. Pour ma part, après tant de mitraillage de pédale double et de saturation sonore, j’ai juste envie de prendre une bouffée d’air.

L’Esprit du Clan, tout juste arrivé du FME à Rouyn-Noranda, prends ensuite le relais avec le parfait dosage de metal et de hardcore. La cinquantaine de personnes rassemblées en a vite pour son argent (l’entrée est à 10$!). Les deux chanteurs sont partout sur la scène et l’un d’eux, Arsene, sacre à tous les deux mots; comme si il avait ramené dans sa gorge l’Abitibi au complet qui vient de se coigner l’orteille sur une patte de chaise…

En début de spectacle, le groupe se concentre sur les deux derniers chapitres (dont le plus métal, L’enfer c’est le nôtre, paru cette année).  En finale, on fait plaisir aux fans de la première heure en puisant dans le répertoire plus hardcore des deux premiers albums (Compact, Révérence, Et Caetera, On rase pas les murs).

Après le spectacle, Clem, le bassiste, me dira que le groupe est épuisé par les 9 heures qu’il a pris pour descendre de Rouyn-Noranda et que le show de ce soir en a souffert. Pardon? Si l’Esprit du Clan est épuisé ce soir, j’ose pas imaginer ce que c’est quand il est en pleine forme! Va falloir revenir nous montrer ça lorsque le prochain chapitre sera endisqué, ostie de câlisse (ça, c’est pour Arsene).

Merci à Éric Galy!

Lire mon entrevue avec l’Esprit du Clan

EDC_01

EDC_02

EDC_03

EDC_04

EDC_05

2 commentaires
  • [...] déterminée et puissante. Y en a peu des comme ça alors je manque pas le bâteau lorsque le groupe passe par les Foufs pour présenter son plus récent chapitre, L’enfer c’est le nôtre. Le spectacle à peine [...]

  • [...] sur La Vie de Les 7 doigts de la main Retour sur Envol et Macadam Retour sur le show de l’Esprit du Clan (7 septembre 2009) et [...]

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos