BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

FINI L’ANTI

Marc-André Savard
20 octobre 2009

2009-08-16_DSC_9828
Bitter End, lors du dernier show à l’ANTI, le 16 août 2009

J’ai glandé quelques années à Québec dans un passé pas si lointain. Quand venait le temps de passer du bon temps pour y «voir» de la bonne musique, je prenais le bord du Vieux-Québec. Choix évident. J’y suis venu à connaître l’Arlequin, le Kashmir et l’ANTI comme le fond de mon scrot…Malheureusement, depuis quelques années, les enseignes tombent comme des mouches: L’Arlequin a fermé ses portes après plus de 25 ans de loyaux services, le Kashmir est décédé, a réssuscité en Velvet puis est décédé de nouveau. Les responsables de l’ANTI, l’une des salles pour tous parmi les plus actives de la ville et le château-fort de la relève distortionnée, a aussi mis la clé dans la porte en août dernier. La salle n’était plus rentable.

Des gros morceaux qui partent. Bon, des bars-spectacles, c’est comme de la mauvaise herbe: Tu peux arracher ça, y en aura toujours qui va sortir d’entre les craques du béton. J’adore les bars, comprenez-moi bien, mais les salles pour tous sont plus précieuses et fragiles. C’est là que les plus jeunes font leurs dents, que ce soit en tant que musicien ou spectateur. Sans elles, tu peux voir de la musique marginale en direct seulement quand tu as l’âge de te saoûler. Un peu cave.

C’est pour ça que j’ai eu un petit pincement au coeur quand on a annoncé la fermeture de l’ANTI. Quand elle a ouvert ses portes, j’étais déjà majeur, mais j’y ai quand même vu une tonne de shows (Le truc était de caller des grosses Black Label dans les ruelles). Je pense à Death Threat et Converge (le premier gros show de la salle), à Blood For Blood, à ce gigantesque circle pit jusqu’aux tables de marchandise pendant un show de Terror, à Madball (et à ce doigt dans l’oeil) ou encore au show d’adieu de A Perfect Murder avec les potes de Nihyl.

Quelques semaines après le dernier spectacle présenté à l’ANTI, je rejoins par téléphone Karl-Emmanuel Picard de chez District 7 puis Yannick Cimon Mattar de chez Get A Room!, deux des principaux promoteurs qui ont oeuvré dans notre cher cube de béton (Get A Room y a présenté plus de 200 concerts et près du double du côté de District 7!) Ils partagent leurs souvenirs et font part de leurs plans pour renflouer le vide laissé par l’ANTI.

LA GROSSE BUSINESS SALE

Comment on se sent? A-t-on une graine dans l’oeil?
Karl hésite pas « Ah oui, j’suis triste. J’trouve ça plate, tsé. J’ai des amis qui ont formé des groupes et y en a qui se sont rendus loin. j’trouve ça plate que mon frère pourra pas vivre l’expérience que j’ai vécu.»  Yannick, lui, a besoin de Préparation H « J’ai plutôt une douleur dans le cul qu’une graine dans l’oeil. C’est d’la marde un peu  maintenant pour trouver des salles pour faire un show…»

En tant que promoteur, la fermeture de l’ANTI ouvre ou ferme une porte?
«Pésentement, y a une porte qui se ferme. confie Karl. C’est un peu le mandat à moi et Yannick de trouver une solution, de louer une salle ou de louer quelque chose mais ça sera jamais comme c’était…Mais on est allé voir une salle à Limoilou, au Centre Horizon. V’la 5 ans, y a eu des spectacles là-bas, comme Sick Of It All, mais y a eu des problèmes avec les raves. Faut que je rencontre le boss pis que je lui dise qu’il y aura pas de problèmes dans les spectacles. J’pense que c’est positif, on a quand même de bonnes références: On fait des spectacles à l’Impérial alors je vois pas pourquoi on nous ferait pas confiance…»

Quel effet ça peut avoir sur la scène?
« Tout le monde capote parce que j’ai l’impression que la scène a droppé. J’sais pas si c’est la crise économique mais y a beaucoup moins de monde qui vient dans les spectacles. Quand j’ai commencé, je faisais des petits shows et j’avais toujours beaucoup de monde. Mais aujourd’hui, tu fais venir des gros bands comme Cannibal Corpse pis y a à peine 100 personnes…. Beaucoup de monde ont en bas de 18 ans donc c’est dur d’avoir autant de personnes qui peuvent pas venir à cause que c’est un bar. L’événement devient pas rentable. Les groupes maintenant dans la scène punk, y a des vestons-cravattes qui contrôlent ça. C’est eux qui font le booking et ils viennent vers toi pour que tu leur fournisses des chiffres et que tu signes des contrats.» fatalise Karl-Emanuel.

Rien pour aider la situation selon Get A Room! « Ça développe les kids d’aller dans des shows. Ça donne le goût de la musique live. Autant que ça se développe pour nous en tant que promoteur. Le but est de souvent prendre un band dans ses premiers pas, travailler avec, quitte à perdre de l’argent au début, pour finalement réussir, un coup que le band sonne ben, à faire son argent.»

3611037502_2d56baa0a7_o
Death Threat

11.3 STAGEDIVES PAR MINUTE

Quel est le meilleur moment à l’ANTI? Quel flyer voudrais-tu faire encadrer?
Karl reprend du pep «J’ai deux bons moments. Le premier est le premier spectacle que j’ai organisé et qui a fait en sorte que j’ai continué. Je m’attendais à un désastre mais finalement, j’ai eu 600 personnes. Des bands locaux: Pressure, Still My Queen, rien de gros mais j’avais tellement fait de promotion. J’avais aussi organisé un spectacle avec Death Threat pis une coupe de groupes que j’appréciais pis ça avait été un succès. J’étais sur la scène avec une bière et je regardais tout le monde s’amuser…

Yannick se souvient avec joie de quelques shows hardcore « Le show d’adieu de A Perfect Murder avec le line up de Unbroken. Y avait de l’ambiance là-dedans, c’était vraiment hot. Ça a comme parti une vague de stagedives après à Québec pour les années qui ont suivi; une genre de compétition, quel show allait avoir le plus de stagedives. J’me rappele d’avoir compté 339 stagedives dans un set d’une demi heure. C’était Terror avec Converge…C’était n’importe quoi. Si j’me rappele bien, c’était un show d’Halloween où le monde était déguisé. T’avais un gars déguisé en «Où est Charlie», en Spider-Man… Ça sautait de partout! Terror m’en parle à toutes les fois qu’ils viennent. Karl confirme « Terror m’a dit que l’ANTI était leur place préférée en Amérique du Nord.»

DSC_0125.0
Still My Queen

Et un moment de pure merde pour satisfaire les lecteurs sadiques?
Du côté de District 7: «Dernièrement, j’en ai fait un [spectacle] et le deal que j’avais avec le groupe, c’était une part des billets. Je prenais aucun risque à le faire mais c’était quand même 4 groupes des États-Unis pis j’arrive là,criss, y a 5 personnes. Ou quand j’attendais 300 personnes mais j’en ai eu 20. J’pouvais perdre 2000-3000$. Et 3000$ à 16 ans…» Yannick parle pas de porte-feuille mais d’ampli « Y a eu un show où le kit de son a brisé 3 fois. C’était pendant As I Lay Dying et l’ANTI était plein à craquer. En tant que promoteur, tu te dis: Ok, quoi je vais faire. En même temps, les gars d’As I Lay Dying, c’est du monde le fun travailler avec, ils ont pas fait leur diva. Y ont fait leur show, c’était sold out, et c’est tout ce qui comptait pour eux-autres.»

Ah, la passion. Même quand ça va mal, c’est ça qui te pousse à continuer à bûcher. « Plus tu t’impliques, plus tu essaies de faire les choses toi-même. Plus ça devient le fun…» laisse tomber Yannick. Faut donc pas s’inquiéter de côté de Québec. Y a encore des District 7 et des Get A Room qui vont veiller au grain, peu importe le nombre de portes qui se ferment.

01
Death Before Dishonor
spaceballsite12
Bane

Photos gracieuseté de Francis Gagnon, XVANX et David Parker. Merci à vous!

6 commentaires
  • Stéfane C.
    21 octobre 2009

    R.I.P.

  • Mike B
    21 octobre 2009

    Même si je n’étais pas un fan de l’Anti, ça reste une perte. Comme dis en introduction, des salles « all-age », ou de cette grosseur, y’en pleut pas non plus à Québec.

    La scène va-t-elle se redéplacer en banlieue, comme à la fin des années 90? Le centre-ville se vide.

  • Mike Savard
    21 octobre 2009

    Check ben d’ici 2 ans. Terror @ Cactus.

  • André de Sorel
    28 octobre 2009

    Bravo Mike! C’est du grand Savard.

    PS: Fait un bail que je n’ai pas eu de demandes de billets. Tu me boudes, ordure? :-)

  • [...] Une de mes photos a été reprise par Mike Savard pour un article paru le 20 october dernier et concernant la fin de l’ANTI. Allez y jeter un coup d’oeil ici. [...]

  • [...] termine donc ce premier jour dans un appart pas trop loin de l’ANTI (RIP) armé d’un gros club sandwich et je manque du coup Melissa Auf Der Maur au Cercle (crucifiez-moi [...]

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos