BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le show de White Cowbell Oklahoma (30 octobre 2009)

Marc-André Savard
2 novembre 2009

White Cowbell Oklahoma et Phil Hamelin & The Enablers
Le 30 octobre 2009 à l’Escogriffe
Une présentation de Extensive Entreprise

CALER LE CHEVREUIL

Ton groupe sonne comme des centaines d’autres? Trouve de quoi d’original à faire en concert si tu veux qu’on s’en souvienne le lendemain. White Cowbell Oklahoma, ce groupe rock country d’Ontario, réinvente pas la roue (ou le fer à cheval) mais il déroule du papier de toilette à la chainsaw sur scène. Bon truc pour faire jaser… et ça dure depuis 10 ans! Justement, pour souligner l’occasion et la sortie de Bombardero (troisième album mixé à Montréal par Adrian Popovich, ex-Tricky-Woo), l’orchestre vient donner quelques coups de crinque à l’Escogriffe au cours d’une veillée commanditée par Jägermeister.

Sur scène, Phil Hamelin and The Enablers commence la soirée avec un rockabilly qui rappele beaucoup son ancien No Barbers Required. Premier album à venir sous peu. Rwinnnnnn [son de slide guitar]

Deux pouces plus bas, sur le plancher, les Jaggerettes, ces disciples de Jägermeister en minijupes, donnent joyeusement du goulot. En queq minutes, j’me suis déjà construit une tour de Babel en cups de plastique. «Faut jamais dire non à de l’alcool gratuit, même quand ça goutte le cul de cerf» disait ma grand-mère. J’affiche encore une grimace quand un chevreuil vient danser le twist à mes côtés. Fuck, je bad trip. Que c’est qu’ils mettent dans le Jager, viârge?. Ah non, c’est l’Halloween à soir donc rien de plus normal. Relaxe man.

À propos, si vous jasez avec une mascotte, regardez-la pas dans ses faux yeux, ça a juste pas rapport.

White Cowbell Oklhoma suit peu de temps après et les 6 gars sont tassés comme du bétail sur la scène. Ah, c’est le prix à payer quand on veut flasher avec trois guitares et un joueux de cloche à vache! Justement, parlons-en de ce singulier personnage, Charles Chainsaw qu’il s’appele. Sans rien enlever à la qualité de la musique de WCO, c’est lui qu’on est venu voir. Il ne se fait pas prier et donne joyeusement des coups de buffer sur sa cloche, ce qui fait gerber des étincelles jusqu’au plafond, avant de la foutre en feu. Hiiiii ahhh

Un peu plus tard, en milieu de parcours, M. Tronçonneuse va chercher un plein 26 onzes de Jägermeister au bar. Il le distribue jusqu’à la dernière goutte à qui veut bien s’ouvrir la bouche sous les yeux amusés (et en plastique, je sais) du chevreuil.

Bon, un coup réchauffée, la foule est prête à recevoir toute la sauce: Qu’on amène à ce sympathique Charlie sa scie à chaine et deux gros rouleaux dodus de papier-cul. La moitié du bar se retrouve vite ensevelie sous le papier qui déroule joyeusement pendant Put The South In Your Mouth. Tu peux ben te cacher sti d’chat Cottonnelle, c’est d’même qu’on s’amuse avec de la feuille à torcher!

Même si ce tour est une trouvaille géniale (là, si un écolo s’insurge, je lui dessoufle ses pneus de Dixi), on va espérer que Charles renouvelle sa banque de prouesses lors de ses prochaines visites. Je suggère vite de même de partir un taille-bordure dans une barril de Johnnie Walker. Ah, si au moins y avait des compagnies de scotch qui étaient aussi motivées à séduire les jeunes rockers, on pourrait se saoûler gratos sans avoir un goût de chiotte dans la bouche toute la veillée…

Set list de White Cowbell Oklahoma (retranscription):
Cheerleader
Get On, Get Down
Shot A Gamblin’ Man
Piece Of The Action
San Antone
Buried In The Desert
Happy Ending
Tear You A New One
This Cracker
Hit It
Put The South In Your Mouth

Merci à JF

Un commentaire

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos