BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Exposition À Table! : Les racines du pâté chinois

Marc-André Savard
1 décembre 2009

MuseeChateauRamezay_A_Table_affiche

Juste en regardant le contenu d’une assiette, tu peux en dire long: Le gros Texan qui mange du bacon frit est suicidaire sur les bords pis le cégepien qui achète les paquets de ramens à coup de six préfère boire ses prêts que de bien manger. Mais ça peut aller plus profond que ça. En fait, notre bouffe peut nous apprendre davantage sur notre culture et ce qui a influencé notre peuple qu’une encyclopédie en 100 tomes. C’est justement parce que les pétaks, le blé d’indes en canne pis le steak en a long à dire que le Musée du Château Ramezay a mis sur pied l’exposition À Table!.

L’initiative met donc à jour les racines de notre culture culinaire des premiers colons (en étoffe du pays) jusqu’à ceux de nos jours (en coton ouaté). On relate bien sûr l’origine probable du fameux pâté chinois (notre plat national officiel) et de tout c’qui fait dire menoum menoum, mais on creuse plus profondément: Les techniques d’agriculture, les méthodes de préparation et conservation des aliments sont là quelques-uns des autres sujets abordés.

Le plus intéressant de l’exposition demeure la centaine d’artéfacts présentés: dont l’un des premiers couteaux de chez Schwart’z,  des graines de gourganes centenaires et une authentique crémaillère. Sachez qu’à l’époque, lorsqu’on la «pendait», nos pauvres habitant ne disposaient pas d’une caisse de 12 ni de pizza. Oh oui, nos ancêtres avaient la vie dure. Joke à part, ils en arrachaient pour vrai. On y apprend notamment que la diète quotidienne du colon canadien était composée de 60 à 85% de pain et que les hommes en soutane faisaient suer. En effet, le clergé banissait la tomate (réputée comme afrodisiaque, donc contre les moeurs) et qu’il obligeait le jeûne ou la consommation de poisson pendant le tiers de l’année; Réglement que nos ancêtres contournaient en mangeant du castor, qui vit lui aussi dans l’eau. Kin toé l’curé!

Les panneaux explicatifs d’À Table! sont malheureusement trop concis, sacrifiant plusieurs détails intéressants pour faciliter la lecture. Par exemple, dans la section réservée à la provenance de dix plats du terroir québécois, on dit quedale sur l’origine de la tourtière et sa nature réelle. Moi qui a été tricotté entre le Lac-St-Jean et Charlevoix et qui est accoté avec une fille du Bas du Fleuve, je suis encore fourré quand vient le temps de désigner une tourtière, un pâté à la viande ou un 6 Pâtes. J’pourrai pas faire mon frais aux Temps des Fêtes avec une réponse tirée de l’expo…

On sort néanmoins d’À Table! bien repu, en poussant kek p’tits rots de satisfaction. Tant qu’à y être, je vous invite à vous enfiler un deuxième service d’Histoire en prenant le temps de parcourir les expositions permanentes du Château Ramezay, consacrées à l’histoire de Montréal.

Exposition À Table!
au Château Ramezay (280, rue Notre-Dame Est)
Tarif: 6$ étudiant 9$ adulte (avec accès à tout le musée)

Un commentaire

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos