BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le show de Dinosaur Jr (23 janvier 2010)

Marc-André Savard
26 janvier 2010

Dinosaur Jr, MV & EE with the Golden Road et Lou Barlow
le 23 janvier 2010 au Club Soda
Une présentation de Greenland

GÉANT TRANQUILLE

Dinosaur Jr devait passer à Pop Montréal cet automne mais on avait remis l’événement parce que l’un des gars avait un billet du médecin. La génération X avait dû guérir le bobo en se pétant la fasse pendant Butthole Surfers et s’armer de patience en attendant le retour de leurs vieux rockers.

L’attente a duré quelques mois et la foule est fébrile ce soir; Dinosaur Jr effectue un retour en force, en tête d’affiche (pas un show de 30 minutes comme à Osheaga en 2007 là)et avec, en plus,  l’alignement de 1984, année de la formation du groupe.

Mais on veut le groupe en entier; Quand Lou Barlow, un des membres fondateurs de Dinosaur Jr, ouvre le spectacle en solo avec sa guit sèche, tout l’monde s’en fout. La foule qui placotte enterre presque le folk mélancolique de Barlow, qui aide pas sa cause, timide derrière sa touffe. Va chercher tes deux potes en coulisse et y en a une couple qui vont se la fermer…

MV & EE with the Golden Road ne font rien pour améliorer la situation. D’entrée de jeu, le chanteur suggère d’attacher sa ceinture. Pas besoin, j’irai pas ben loin. La musique du groupe (atmosphérique, presque instrumentale) m’amortit comme si je venais de prendre une puff de hash de trop, encastré dans le divan du salon.  Je réveille un peu ma carcasse après la première (et longue!) pièce, quand J Mascis, guitariste de Dinosaur Jr, joint le groupe à la batterie.

Bon, lâche tes baguettes Mascis, poigne ta bass Barlow et donnez-nous le Dinosaur Jr qu’on attend.

J Mascis mène le trio. Il ne bouge pratiquement pas, ses longs cheveux blancs vascillent à peine. Il enchaîne les chansons, en parlant pas ou très peu entre. Ses innombrables solos et le choix de chansons à eux-seuls semblent par contre réjouir les fans. Ils sont comblés par des vieux hits comme The Wagon, Feel The Pain et Sludgefeast (en finale) et des plus récents comme Over It et See You. Chez les moins conquis comme moi, on s’emmerde un brin devant un show suffisant. J’ai les yeux dans la graisse de bines comme les deux espèces de cocottes de weed géantes sur la pochette du dernier album…dommage.

dinosaur-jr-farm

4 commentaires

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos