BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur les spectacles de Mathieu Gratton et Guy Nantel

Marc-André Savard
22 février 2010

J’aime rire, les humoristes aiment faire rire, on est en business…Justement, il y en a deux bons qui ont lancé leurs nouveaux spectacles respectifs la semaine passée: Mathieu Gratton et Guy Nantel.

Guy Nantel
La réforme Nantel

Pour ce troisième spectacle, Guy Nantel fonce tête baissée dans le lard, le gros contenu, les problèmes sociaux. Honteux du Québec dans lequel il vit, Nantel peut bien se cacher sous un sac brun sur l’affiche, il sait où il s’en va: Dans le bullseye du bobo québécois.

Seul devant un simple micro, sur une scène sobre sans artifice, Nantel réinvente notre société à travers des monologues chargés de contenu et de pistes de réflexion. L’exercice pourrait être lourd, mais non. Nantel est un orateur hors pair, un équilibriste sur la corde raide qui prend assez de risque pour qu’on soit captivé mais qui tombe jamais en pleine face. Maintenant maître dans l’humour politique grinçant, il nous met le nez dans notre caca collectif à l’aide de savoureuses énormités.

Pour alléger le fardeaux fiscal, il propose entre autre d’élever les limites de vitesse et d’interdir le port de casque à moto. Faire un accident à 200 sans casque, tu meurs sur le coup. À 90 avec un casque, c’est 15 ans de physio au frais de l’état…ça coûte cher!

C’est drôle un pet, mais quand la source d’une joke vient d’au-dessus des épaules, ça l’est un peu plus. Un spectacle incontournable à la hauteur de ceux d’Yvon.

En supplémentaire du 18 au 22 mai 2010.


Mathieu Gratton
à la recherche de la femme imparfaite

La rupture de Mathieu Gratton avec Patricia Paquin est maintenant derrière lui, après avoir été placée au centre de Les EX, son premier spectacle solo. De retour sur le marché, Gratton part à la recherche de la femme imparfaite. On l’accompagne au resto avec une grosse niaiseuse, en train de s’engueuler avec «une crisse de folle» d’ex, au lit en train de se faire embrasser le thorax par un vagin (!) et en plein rincage de poupée gonflable… Les conquêtes, comme les numéros, sont nombreuses mais la qualité variable.

Gratton a pondu les textes de ce spectacle en 7 jours intensifs; une écriture sous pression qui aurait bénéficiée d’un peu de sablage. Les numéros (en majorité des dialogues avec Karine Lagueux qui joue tous les rôles féminins) demeurent à la surface des relations de couple; des constats légers – mais un peu gras tout d’même – qui feront esquisser quelques sourires en coin vers la personne qui partage votre vie. À peine plus. Au moins, même si le contenant est plutôt vide, il est beau. Le collectif Fritz Laungenmark (dont fait partie Gratton) signe une mise en scène dynamique qui ajoute beaucoup au spectacle.

Même si Gratton passe la moitié du spectacle en bobette à étoiles, on aurait souhaiter qu’il laisse davantage libre cours à son délire, sa force. Comme dans ce numéro ou Gratton vient tout juste de «changer les poissons de bocal» mais qui ne doit pas se retirer de sa partenaire pour ne pas salir les draps. À court de kleenex, le couple se rend à l’épicerie, encore en levrette! Un dénouement moins prévisible et avec plus d’impact que de se rendre compte que «ma blonde aussi» roule le tube de dentrifice pour aller chercher le dernier sprout de pâte à dent…

À la recherche de la femme imparfaite tournera en région jusqu’au 15 octobre 2010.

Pas encore de commentaire.

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos