BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le show de Leatherface et Yesterday’s Ring (28 février 2010)

Marc-André Savard
2 mars 2010

Leatherface, Yesterday’s Ring, Whiskey Trench et Crash Ton Rock
Le 28 février 2010 aux Foufounes Électriques
Une présentation de L’Écurie

VIEUX FOU

Sur les écrans de cinéma, Leatherface est une maniaque à la chainsaw qui porte un masque de peau humaine. Sur les planches, Leatherface est un band punk d’Angleterre formé de bonhommes aux cheveux grisonnants qui semblent être aussi habités d’une folie. Pas celle qui pousse à décapiter une nymphette là, non; Celle que veut conserver tous les bands, le feu sacré. Constatons le phénomène alors que le groupe est aux Foufs pour nous présenter The Stormy Petrel, son 9e album.

Crash Ton Rock, du Saguenay, est le premier sur scène. Deux choses frappent dès le départ; Premièrement, comme l’a dit Le Gros Joe sur son blog, le groupe a travaillé fort pour sortir leur premier album et ça paraît. Crash Ton Rock livre une prestation qualité tête d’affiche, qui réjouit la quinzaine de chummés descendus du Saguenay pour l’occasion. Deuxièmement, on remarque qu’à force de jouer aux quatre coins du Québec, Yesterday’s Ring a semé sa graine un peu partout, comme un marin qui fourraille dans chaque port… Ça prend pas trop d’imagination pour saisir l’ influence qu’a eu Hugo Mudie et sa bande sur Crash Ton Rock…

C’est justement p’tête pour éviter de voir double qu’on place les punks locaux Whiskey Trench entre les deux bands folk. Ils présentent leur dernier long jeu Television; À inscrire sur une liste d’achats éventuels mais ce soir, le disque est éclipsé sur les tables de marchandise par les trucs à éditions limités  – et sérigraphiés – que présentent Yesterday’s Ring et Leatherface. On parle entre autre d’affiches et d’un split 7” spécialement sorti pour la tournée. C’pas long que le portefeuille te démange…

Yesterday’s Ring se pointe sur scène dans un délire de lendemain de veille mais la tournée est encore jeune alors tout baigne;  les deux nouveaux membres (guitariste acoustique, batteur) font le travail, une bonne p’tite toune de El Rancho (Looking For You) au passage pis du matériel issu de la nouvelle cire Chasers. Hop.

Les très attendus Leatherface se pointent sur scène avec beaucoup d’énergie. Le chanteur et guitariste Frankie Stubbs, caché derrière une barbe grise et un casque de pwel à oreilles, a l’air d’un ti-cul sur un buzz de sucre quand il court de bord en bord de la scène. Y as-tu quelque chose de mieux que de voir un gars de cet âge triper encore autant sur scène? J’crois pas…

La moitié du spectacle est consacré au nouvel album. Pas mauvais mais on aurait pris plus de chansons de leur chef d’oeuvre Mush. Ce sont d’ailleurs les pièces de cet album qui reçoivent le meilleur accueil. Tsé, le public, comme Stubbs, aime ça faire le zouave pendant un spectacle…

J’ai dû quitter avant la toute fin mais voici une retranscription du setlist:
Isn’t Life Just Sweet
Springtime
Peasant in Paradise
Never Say Goodbye
Diego Garcia
Little White God
God is Dead
Hoodlum
Nutcase
My Worlds End
I Want The Moon
Sour Grapes
Disgrace
Broken
Not Superstitious
Pale Moon Light
Dead Industrial Atmosphere


Leatherface et Yesterday’s Ring

Un commentaire
  • Roos the Booze
    2 mars 2010

    Maudite belle soirée ce fut…

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos