BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le show de The Buzzcocks (Montréal, 18 mai 2010)

Marc-André Savard
19 mai 2010

The Buzzcocks avec The Dollyrots
le 18 mai au National
Une présentation de Greenland

ÇA MORD ENCORE!

Depuis quelques semaines, Montréal a constaté que Jello Biafra botte encore des culs, CJ Ramone a pas un cheveu gris et que Johnny Rotten sait encore comment mener un show rock. Hier soir, c’était au tour d’autres fossiles du punk, The Buzzcocks, de montrer qu’ils avaient encore du «mordant». Applaudit mon jeu de mots, la tournée s’appele Another…Bites.

Pete Shelley, 55 ans, seul membre fondateur encore de l’alignement, subit le poids des années (C’est qu’il a doublé de volume notre Pete!) mais il ne ralentit pas la cadence pour autant. Pendant 1h30, il sue à grosse goutte dans sa chemise à motifs Mondrian en interprétant la majorité des deux premiers albums du groupe. Yé! On parle ici de classiques qui regorgent de hits. Ben là, hits, c’est relatif; La plupart demeure obscur sauf pour les initiés (comme Boredom) mais on compte dans le tas Ever Fallen In Love?, qui a été un sacré hit en Angleterre…en 1978. D’mande à ton mononc avec des trous d’épingles à couche mal cicatrisés de t’en chanter un bout si tu veux savoir de quelle toune il s’agit.

Shelley ruisselle et a l’air heureux d’être content mais il bouge pas fort. Par contre, à ses côtés se trouve son vieux pote Steve Diggle, dans le band depuis ’77, un véritable adolescent attardé dans la cinquantaine qui ne sent pas la fatigue. En rappel, le groupe envoie trois autres bombes dont What Do I Get?. Ma soirée est faîte drette là.

Payez-y une poutine
En première partie, on a eu droit à The Dollyrots, un trio punk rock de LA. Ça sonne pas l’yâb mais au moins, la petite blondinette de chanteuse/bassiste est une sympathique demoiselle. Toute de zébré vêtue, elle réveille l’instinct de chasseur de plusieurs et fait oublier une musique assez ordinaire merci. À la fin, elle achète la paix avec Bad Reputation (Joan Jett) et lance l’invitation à quiconque de lui payer une poutine vegan. Nah, t’as l’air ben smat mais étouffe-toé avec tes crottes de faux fromage.

5 commentaires

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos