BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le show de Screeching Weasel (Toronto, 14 mai 2010)

Marc-André Savard
24 mai 2010


Photo par Pierp

J’AI VU LA BELETTE

Baie-Saint-Paul, autours de 1998 par un beau samedi soir, le téléphone sonne. C’est mon voisin d’en face qui s’excite le pinch de duvet: «J’viens de m’acheter un disque, c’est malade. J’traverse!» Le voisin arrive chez nous, on descend dans le sous-sol, se débouche une canette de Coke (on a 15 ans tsé) et on fait spinner le disque en question: BoogadaBoogadaBoogada de Screeching Weasel. Woh, y a raison le pote, c’est du sérieux! Le disque tourne sans arrêt pendant plusieurs heures. À la fin de la veillée, il est carrément brûlant. C’est à peu près à partir de là que Screeching Weasel devient un classique dans la gang.

Une douzaine d’années plus tard, v’là ti pas qu’on est 8 adolescents attardés sur le trottoir de la rue Papineau à 6ham. Se lever en même temps que le métro quand tu as fêté toute la nuit, c’pas cool, mais tout l’monde a le sourire de poigner dans ‘face; Ce soir, Screeching Weasel joue à Toronto…et on va y être! Que voulez-vous, le band ne fait plus de tournée et se contente de faire un show par ci par là une fois de temps en temps. Montréal n’étant jamais dans les plans du band, faut c’qui faut. Envoye dans le char!

On arrive en début d’après-midi à Toronto et on glande un peu dans la ville. L’alcool est moins facilement accessible chez nos voisins et quand on en trouve finalement, elle est derrière des barreaux et checkée par un gars de sécurité. (pas des jokes, les guns chez Canadian Tire sont plus facile d’accès!). Enfin, le monde sont loin d’être à jeun pour autant à Toronto. Juste à regarder l’architecture du Ontario College of Art and Design digne d’un comeback d’acide…


Ontario College of Art and Design

En soirée, on décide de boire notre bière si dûrement gagnée plutôt que d’assister aux premiers bands. On se rend enfin au Phoenix Theatre vers 21h où il y a foule; Les billets sur le trottoir se vendent 80$ et on croise beaucoup de monde de Montréal. Ouep, y avait pas juste dans mon trou en Charlevoix que Screeching Weasel était un classique!

Après une bonne fouille et  2 séances de cartage, j’atteins enfin le bar pour reprendre là où j’avais commencé à l’hôtel. Grosse marde, on peut pas boire notre bière sur le parterre mais uniquement dans une sorte d’enclos. C’est sans doute pour empêcher que des mineurs boivent mais entre toi pis moi, ça prend pas grand dextérité pour passer la bière par-dessus la clôture à son chum…Déserre les fesses Toronto, ça fera pas mal!

LE SHOW
Screeching Weasel a tellement sorti de bonnes chansons au fil des albums qu’il a l’embarras du choix pour composer un setlist. La sélection de ce soir frôle la perfection, pigeant dans le meilleur de la discographie (de l’éponyme en 1987 jusqu’à Teen Punks in Heat en 2000). Je disjoncte à plus d’une reprise. (Écoute, check un peu ce qu’ils ont joué plus bas)

Ben Weasel, fidèle à sa réputation, enfile les chansons mais est plutôt statique sur scène. Ça pourrait décevoir mais à quelque part, ça vient avec le style. Après tout, y avais-tu plus statique que Joey Ramone?  Si je suis venu à Toronto, c’est avant tout pour entendre des classiques d’ados live et non pas pour voir une bête de scène alors faut pas chercher la marde. Tsé, y a quelques-uns de mes frères guerriers qui se pleignent même que Ben Weasel porte une chandail beaucoup trop large… on est pas dans une émission de relooking à Canal Vie mais dans un show punk rock viârge!

Heureux d’un spectacle aussi soutenu, on termine ça dans un irish pub rempli de douche bags devant une pinte de Guinness à 8.25$. Pas le meilleur choix de bar que j’ai fait mais au moins, ça l’a permi à Bart de voir un gars se crosser dans les toilettes…

Setlist, dans l’ordre (Merci ben Bean!):
Cindy’s on Methadone
Guest List
Dingbat
Supermarket Fantasy
Speed of Mutation
Plastic Bag
My Right
I Wrote Holden Caulfield
Acknowledge
Murder in the Brady House
You Are My Sunshine
The First Day of Summer
Peter Brady
My Brain Hurts
Joanie Loves Johnny
Hey Suburbia
Slogans
99
I Can See Clearly

Rappel:
Cool Kids
This Ain’t Hawaii / Sunshine
Science of Myth
What We Hate

8 commentaires

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos