BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Fais-moi un enfant Paul Collins!

Marc-André Savard
18 août 2010

Paul Collins, je l’aime. Si on était pas deux mecs, j’m'arrangerais pour qu’il me fasse un kid parce qu’il a l’instinct paternel développé en maudit. (nahhh j’sais ben que c’est juste d’la maudite fiction dans Jumeaux alors même pas besoin «d’essayer»).

Mais sérieux là, Paul Collins, c’est qui?

C’t'un New-Yorkais chauve et bedonnant de 54 ans, mais qui a été dans les années ’70 un maigrichon à touffe qui a formé le band The Beat (aussi connu comme Paul Collins’ Beat) très actif dans le mouvement power pop (tsé des mélodies de trois accords grattés en fou sur le clean quand l’punk avait encore une couche). En fait, Paul Collins est une figure emblématique de la scène musicale DIY… et il continue de s’y consacrer à fond.

Il y a 5 ans, il a fondé la Beat Army, une sorte de carrefour qui vise à regrouper via internet des groupes et amateurs de même musique (son cher power pop mais aussi tout un tas de musiques connexes) afin qu’ils organisent des shows et des tournées sans le moins de business possible pour laisser toute la place à la passion…

Paul Collins Beat dans un loft simili-légal à Montréal
Toujours est-il que samedi passé, y a 3 potes de Québec qui montent à Montréal. Y en a un là-dedans qui connait à peu près tout c’qui se fait de lowfi sur la planète (paraîtrait qu’on le verrait même sur Youtube descendre une bouteille de sake dans un show garage au Japon…) Enfin, il est en ville pour aller voir Paul Collins Beat se produire dans une sorte de loft/salle de spectacle situé dans Griffintown. (Le show devait initialement se tenir au Friendship Cove mais la police aurait mis la clé dans la porte). Pas smat, mais l’événement est heureusement déplacé ailleurs en formule BYOB (Bring your own booze). On annonce même d’la pizza gratuite! 9 chances sur 10 que la police débarque, ohhhh que je vais être de la partie!

L’emplacement du show est dans un maudit trou perdu, si bien que je doute qu’il existe bel et bien ce party. J’commence à pas la trouver drôle, moi qui a tourné le dos à un souper mexicain et à une bouteille de succulente crème de tequila pour y assister. On finit néanmoins par aboutir dans le fameux loft et j’retrouve mes potes assis dans la cours arrière sur un vieux banc de char, juste à côté d’un bench press. Des caisses de canettes à nos pieds, on attend le début du show en se disant que c’est DIY en ostie comme soirée…pis qu’on aime ça en maudit!

J’vois pas vraiment de permis accrochés au mur alors j’sais pas si j’dois entrer dans les détails de cette salle, mais on a affaire à la grande classe. C’t'un ancien entrepôt: Au rez-de-chaussée, y a un comptoir, des fauteuils, un stage, un kit de son, un putain de gros aquarium avec des poissons aux dimensions proportionnelles (soit des poissons rouges de 10 lbs) et un énorme plancher de danse. À l’étage, un appartement (apparement le proprio qui y demeure). Bref, est-ce qu’on commençerait enfin à reprendre le fameux concept de squats en Europe, qui ont assuré la santé des scènes underground? Espérons-le…


Paul Collins’ Beat | Photo par Sophie l’Ouragan.

Les «soldats» montréalais du Beat Army ont fait une bonne job de promo et on se ramasse finalement 150-200 quand commencent The Walnut Kids, les protégés made in Repentigny de Paul Collins’ Beat qui le suit tout au long de sa tournée canadienne. «Ces kids écoutent la même musique que moi à leur âge. C’est vraiment cool de voir ça!» dit à peu près Paul Collins en les présentant. Paul est beau à voir aller tant il prend les flots des Walnut Kids sous son aile. Entre deux bands, il jase à tout l’monde et crinque les plus vieux à parler de musique aux plus jeunes…Wow, tellement la chose à faire! Je m’y mets de ce pas; J’termine la soirée avec un kid d’Australie à parler, parler… mais si j’pouvais seulement me souvenir ce que je lui disais!

Vous pouvez télécharger gratuitement un album live de Paul Collins’ Beat sur son site.

3 commentaires
  • Yanick métal dude
    18 août 2010

    Le gars de la photo, c’est Les Claypool?

  • [...] This post was mentioned on Twitter by André Péloquin and André Péloquin, BangBang. BangBang said: Fais-moi un enfant Paul Collins!: Mike Savard, sur son blogue : Ultra Absorbant http://bit.ly/cq5OVv [...]

  • Bean
    27 août 2010

    Kinda late for the news….Mais parait-il qu’il a rejoué à Mtl le lendemain dans un petit bar, un show booké dernière minute pi que c’était plein….Sacré Paul!

    The kids Are The Same, just leave them alone and they’ll have some fun!

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos