BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Ça vole pas haut à Montréal (Retour sur le concert de Cobra Skulls, Nothington et BCASA du 12 octobre 2011)

Marc-André Savard
13 octobre 2011


Cobra Skulls

C’est trois belles bandes d’énervés qu’on nous présentait hier aux Foufs, sur la p’tite scène en plus. Yé!

BCASA, de Montréal, commence en fou, mais vraiment, là. Une sorte de power pop destructuré livré à la vitesse de l’éclair par trois gars accrochés aux bons vieux héros de notre enfance (le guitariste arbore d’ailleurs le logo de Mortal Kombat, fraîchement tatoué dans le dos). Sans doute l’un des meilleurs bands locaux en ce moment, c’est une question de temps avant que c’te band-là explose. Leur premier long jeu, Bateman Begins, paru au printemps passé chez Stomp et produit par Bones Malones (Baby I’m comin’ hooooome), est bon, mais ce n’est rien comparé à l’énergie que le trio déploie en concert. Puissant comme un p’tit becyk de Liu Kang en pleine poire!

Vient ensuite Nothington, de la Californie, avec du bon «punk rauque» efficace à la Hot Water Music.  Le chanteur confie qu’il aura fallu 7 ans de tentatives au groupe pour enfin pouvoir jouer au Canada…mais il fallait bien que le putain de réseau de voleurs de bands viennent faire chier. Imagine-toi donc que pendant que Nothington était sur scène, leur van s’est fait défoncé et ils se sont fait voler passeports, ordinateurs et 700$ cash…

Il y a vraiment trop de groupes qui se font dévaliser à Montréal depuis quelques années, même que c’est rendu qu’on en parle dans des chansons (comme sur la toune Black Cloud sur l’album solo de Joey Briggs). À part se débarasser de sa monnaie dans le pot à tip des bands cambriolés, que pouvons-nous faire? J’pense que c’est rendu illégal d’étamper une fleur de lys au fer rouge sur la joue ou de couper une main… Donc, vite de même, j’dirais d’arrêter d’acheter des instruments  dans les pawn shops ou d’être vigileant quand on achète son stock de musique dans les petites annonces. Pas grand chose, mais toujours ben un début, en attendant de poigner les p’tits comiques…

Cobra Skulls (qui cède leur cachet à Nothington ce soir pour des raisons qui flashent en néon) sont les suivants. Le trio est en grande forme et le chanteur et bassiste, Devin Peralta, agite son pompadour bleaché dans tous les sens, comme une bonne vieille pub d’Alberto VO5.

Le plancher s’anime dès le départ, avec H.D.U.I. et Back To The Youth de l’excellent American Rubicon (le long jeu qui les a mis sur la map en 2009). Le meilleur de cet album suivra (Rebel Fate, Overpopulated, etc.). La crème d’Agitations, le p’tit nouveau sur Fat,  y passe aussi (incluant The Mockery, la meilleure!) sans oublier la toune en espagnol sur le ep Draw Mohammed (Hasta Los Cobra Skulls Siempre!). Parle-moi de ça!

Un des chums de Cobra Skulls viendra jouer du banjo pour les deux dernières chansons, y compris Ode To Jefferson, une pièce hardcore de la vieille école. Ben oué, pourquoi pas?

2 commentaires
  • punkrockhardcorefolketc
    13 octobre 2011

    Je veux juste profiter de cet espace qui m’est gracieusement offert par le BANG BANG pour te confirmer que tous les albums de Nothington sont excellents !

  • [...] octobre dernier, la camionette de Nothington se faisait défoncer pendant que le groupe était sur scène aux Foufs. Bebye passeports, portables et un bon moton d’argent…Malgré tout, Nothington est de retour [...]

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos