BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le concert de Gallows et Four Year Strong (20 octobre 2011)

Marc-André Savard
21 octobre 2011


Four Year Strong

Ah ben, la tournée automnale d’Alternative Press s’arrête à Montréal?  Avec les Gallows et leur nouveau chanteur en plus? Aweille à La Tulipe!

Sur les 5 groupes qu’on nous propose, je manque le premier, Sharks, qui «manquent de mordant» de toute façon (oh, une blague à la Guy Mongrain)

J’arrive en fait pendant la deuxième troupe, The Swellers, un band indie rock qui glorifie ce soir la belle époque d’Epitaph…et qui ne fait rien pour pas qu’on s’en ennuie.

Ensuite, Title Fight, de la Pennsylvanie, arrive avec un «punk rauque» rapide livré avec une poigne de fer. Quelque chose me dit que ce groupe au Pouzza Fest ferait un malheur…

Viennent ensuite ceux qu’on attend, les Gallows. Après le départ de l’explosif rouquin, Frank Carter, à la tête du groupe, on se demande bien si Wade McNeil (ex-guitariste d’Alexisonfire) «va faire le poids» à la voix (c’est à peiinnnne un mauvais jeu de mots).

Dès la première chanson, McNeil semble nullement intimider par la taille des bottines à chausser. Avant la seconde pièce, London Is The Reason, il explique que la chanson a été écrite en parlant de Londres mais qu’elle s’adresse à n’importe qui qui sent que sa ville le «poignarde dans le dos»…avant de se garocher dans le pit pendant toute la chanson. Façon Carter.

Sur les 10 chansons jouées, Gallows en fera deux nouvelles. Outre True Colours qui circule depuis plusieurs semaines sur Youtube, on a eu droit à une certaine Mundo Chaos, qui laisse également croire que le monde va s’écraser avant le prochain Téléjournal. Elle commence comme suit: You say «Fuck the world» / I say the world is already fucked. C’est confirmé: McNeil est aussi en criss que Carter et veut définitivement poursuivre dans la lignée de la vieille école. D’ailleurs, en demandant un «mur de la mort», il déclare à la jeune foule «Vous êtes supposé savoir quoi faire. Ça fait 25 ans que Sick Of It All a inventé ça, calvâsse!»

Setlist de Gallows:
- Leeches
- London Is The Reason
- Abandon Ship
- Mundo Chaos
- The Great Forgiver
- Misery
- Death Voices
- True Colours
- In The Belly Of A Shark
- Orchestra Of Wolves

Four Year Strong joue du pop punk avec des breakdowns, comme si les gars de Blink 182 étaient des truckers à temps partiel.  Pas ma tasse de thé mais force est de constater que le duo de chanteur/guitariste formé de Dan O’Connor et Alan Day est dangereusement efficace en concert. Ils n’ont aucune difficulté à faire exploser le plancher et la foule est particulièrement intense…

Un combat éclate même vers la fin du show, pendant Paul Revere’s Midnight Ride. La première taloche est à peine lancée que les deux guitaristes arrêtent de jouer et déposent leurs instruments par-terre. «Ok, on joue pu!» lance O’Connor. Sage décision quand on sait où la violence dans les shows a mené le mouvement hardcore dans les années ’80…Wade McNeil a parlé de Sick Of It All plus tôt dans la soirée, alors ça me fait penser à leur chanson Hello Pricks qui va comme suit: Don’t be a prick in the roses / We’re all black sheep and we know it / So don’t fuck it up for the rest. C’est beau, hein?

Heureusement, avec un tel moyen de pression, les esprits se refroidissent rapidement sur le plancher. Four Year Strong reprend donc là ou la chanson s’est arrêté avant de revenir pour Wasting Time en rappel. La foule vire folle et se saute dessus, mais sans que personne ne se frappe…volontairement du moins. Nuance importance.

Quelques rendez-vous amplifiés qui s’en viennent du côté d’Extensive Entreprise:
Terror, le 28 novembre 2011 à l’Underworld, 18/20$
Touché Amoré, le 29 novembre 2011, à l’Underworld, 13/15$
Winds of Plague, le 2 décembre 2011, à La Tulipe, 25$
Between The Buried and Me, le 8 décembre 2011, au Club Soda, 25$

2 commentaires
  • Charles
    24 octobre 2011

    Auriez-vous des photos du set de Gallows? J’y était et j’en trouve nul part…

  • Mike Savard
    25 octobre 2011

    Désolé Charles, la seule photo potable que j’ai prise est celle intégrée dans cet article.

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos