BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le concert de Melt-Banana (26 octobre 2011)

Marc-André Savard
27 octobre 2011

Melt-Banana est un groupe japonais formé en 1992 qui a joué avec quelques gros noms du gros rock expérimental, comme John Zorn et Mike Patton par exemple. Intéressant alors je me rends au Il Motore pour découvrir ce groupe qui m’est encore inconnu. Ben oui, inconnu, même si Melt-Banana a une base de fans partout sur la planète. Pardonnez-moi mes offenses…

Je manque la formation locale Names en introduction, mais j’arrive à temps pour Tera Melos, un trio de Californie qui évolue dans le même créneau que Names, soit celui du math rock. Bref, un groupe qui met à peu près 112 accords de plus par chanson que Kepi Ghoulie vu quelques jours plus tôt. Malgré des compositions très complexes, l’exécution est sans faille et le chanteur et guitariste, Nathan Latona, est impresionnant à voir aller avec ses milliers de pédales.  À découvrir pour les amateurs de musique destructurée ou les adeptes du LSD.

Les 4 minuscules membres de Melt-Banana (qui, ensemble, doivent péser moins qu’un seul mollet de Buddha de Blood For Blood) suivent devant une foule nombreuse qui les accueille chaleureusement. Pour cause, la timide chanteuse, Yasuko Onuki, dira sur scène, dans un anglais tôsseteur, que le groupe en est qu’à son 2e concert en carrière à Montréal. Le groupe n’est pas des plus sociables mais le public s’en fout. Le mélange unique de punk bruyant et d’electronica parvient à lui seul à faire éclater la fosse. Entre des pièces ravageuses, comme Chain-Shot To Have Some Fun, on aura droit à une succession de 8 mini-chansons en à peine une minute (!) et même à une reprise des Specials (Monkey Man)!

La masse informe de Melt-Banana semble s’imposer aucune barrière et s’infiltre dans toutes les craques du rock. Voilà un groupe qui devrait servir d’exemple à bien des bands agressifs qui sentent le réchauffé.

Sayonara Kodak
Malheureusement, Melt-Banana a strictement interdit tous appareils-photos, au point où 2 gars semblaient être uniquement assignés à rabrouer quiconque pointant une lentille vers la scène. Pas au courant de l’interdiction, j’ai quand même  eu le temps de prendre quelques clichés, mais je voudrais pas me mettre 4 Japonais à dos en les publiant (un incident diplomatique est si vite arrivé). Alors, à la place, je partage la photo d’une banane trop mûre qui coule et qui a fini dans mon succulent pain aux bananes ce matin. J’y ai vu un lien avec Melt-Banana… Ok, j’me lève trop tôt.

Pas encore de commentaire.

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos