BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le concert de Mastodon et Dillinger Escape Plan (23 novembre 2011)

Marc-André Savard
24 novembre 2011

La dernière charge de Mastodon en tête d’affiche à Montréal remonte à mai 2009, peu après la sortie de Crack The Skye. On avait alors eu droit à l’album intégral…en guise d’intro! Inoubliable.

La colossale formation d’Atlanta vient de sortir The Hunter, son 5e album, ce qui laisse croire à plusieurs que le trophée de chasse de la soirée serait cet album joué dans son intégralité. Eh non, Mastodon y va plutôt d’une sélection de pièces issues de tous les albums. Les larmes roulent sans doute sur quelques moustaches de novembre mais pas sur mes joues…

Vois-tu, même si The Hunter suscite des notes quasi parfaites chez plusieurs critiques, de mon côté, j’ai plus d’intérêt dans la magnifique sculpture qui orne la pochette (de l’artiste AJ Fosik en passant). Je pleurniche souvent sur le fait que je préférais Mastodon dans le temps où ils foutaient l’apocalypse  avec des cris primaux plutôt que d’essayer de faire vivre un comeback d’acide des années ’70, mais ça risque de changer.

Malgré ma réticence face à The Hunter, je constate ce soir que les nouvelles compositions, comme Curl Of The Blur, sont drôlement efficaces en concert et apportent une dimension non négligeable au matériel plus musqué de Mastodon (March Of The Fire Ants, Blood and Thunder). Même l’espèce d’ovni qu’est Creature Lives trouve sa place à la toute fin!

Finalement, après un show aussi intense que celui de ce soir,  j’commence à apprivoiser le côté prog de Mastodon. De toute façon, même si Mastodon s’en va dans un magasin de porcelaine, c’est sûr qu’il va toujours finir par accrocher un ou deux bibelots au passage… Le genre de groupe qui serait capable de donner un show débile même s’il venait de lancer un disque de bruits de vague.

Dillinger en convulsion
En première partie, les crasseux Red Fang ont croqué dans l’arrière-train du Métropolis avec vigueur. À propos de leur premier album, Murder The Mountains, sachez qu’il sonne comme si Entombed était poigné dans un nuage de brume à Seattle…Boucanneux, sale, simple, efficace, et un marteau derrière la batterie.

Juste avant Mastodon, Dillinger Escape Plan a approfondi le mystère qui me hante à chaque fois que je les vois en concert. Sérieusement, comment un groupe qui joue de la musique aussi complexe peut à la fois passer son temps à se lancer en bas des caisses de son?! Je pense que pour pouvoir jouer dans ce groupe, on doit avoir son p’tit billet du médecin qui atteste qu’on est épileptique.

3 des meilleurs groupes lourds du moment sur une même affiche, beau butin de chasse!

Setlist de Mastodon
Dry Bone Valley
Black Tongue
March Of The Fire Ants
Crystal Skull
I Am Ahab
Capilarian Crest
Colony Of Birchman
Megalodon
Blasteroid
Sleeping Giant
Spectrelight
Curl Of The Blur
Bedazzled Fingernails
Circle Of Cysquatch
Aqua Dementia
Crack The Skye
Where Strides the Behemoth
Iron Tusk
Blood And Thunder

Rappel:
Creature Lives

8 commentaires
  • Pascal
    24 novembre 2011

    J’en ai encore mal aux oreilles! Mais en effet c’était un show de malade!

  • Julien
    24 novembre 2011

    Il y avait March of the fire ants aussi avant Blood and thunder

  • Mike Savard
    24 novembre 2011

    Wow, merci, Julien! Comment ai-je fait pour oublier celle-là? Enfin, le setlist est corrigé…

  • Kristof G.
    24 novembre 2011

    MALAAAAAAAAAAAAAADE. :)

  • Georges
    25 novembre 2011

    Putain de show!!! Red Fang DEP et Mastodon on tout détruit!!!
    Par contre, même si c’était super bon, DEP est en pilote automatique depuis un bon bout!!! Jamais ils ne retrouveront l’intensité des Foufs.

  • Mike Savard
    25 novembre 2011

    Bah, moi, j’dis que tu remets DEP sur un stage de 2 pieds pis ça sera pas long que le chanteur va partir à marcher sur des têtes…

  • Georges
    25 novembre 2011

    Mmm ta surement raison, mais au cabaret juste pour rire on sentait déjà ce coté un peu trop professionnel…En tout cas je l’espère, car c’est un de mes band fétiche…

  • Georges
    25 novembre 2011

    «t’as», pardon

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos