BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Retour sur le spectacle de Bouncing Souls (3 octobre 2012)

Marc-André Savard
4 octobre 2012

C’est au groupe de Philadelphie Luther que revient la tâche d’ouvrir la soirée. Ces protégés de Pete Steinkopf (guitariste des Bouncing Souls) offrent une sorte de pop punk/indie rock plutôt ordinaire…j’m'attendais à un peu plus compe tenu de l’engouement qui s’est formé autour du groupe et du fait que le bassiste porte un t-shirt de Watain (tsé ce groupe de black metal qui s’asperge de sang de cochon avant les spectacles…et qui n’ont jamais laver leurs vêtements en 12 ans!).

Faut croire que dans l’univers punk rock, la tendance ces temps-ci est plus à la mélancolie et aux harmonies plutôt qu’aux cris et à un hygiène douteuse. Les nouveaux punks préfèrent offrir des cupcakes à leurs blondes plutôt que de caller une Colt 45 tout nu dans le pit (non, j’ai encore jamais vu ça, mais mon coeur est rempli d’espoir).

Juste avant Bouncing Souls, Dave Hause offre quelques bonnes chansons des Loved Ones et l’essentiel de Resolutions, son premier album solo paru l’an dernier. Ce disque est excellent, mais ce que je trouve dommage, c’est que Hause y était accompagné d’un groupe complet, avec des amplis et un batteur un peu trop motivé. Ça ne cadre pas bien avec ses spectacles plus dépouillé, genre guit sèche/bouteille de whisky. J’imagine qu’on est venu à la même conclusion du côté du Hause et du label, puisque depuis quelques semaines, cinq 7” de chansons de Resolutions en version acoustique sont sortis. Une sauce étirée, mais qui goûte encore bon!

Les opinions sur Bouncing Souls tendent à être polarisées. Les fans n’hésitent pas à se faire tatouer le logo du groupe alors que d’autres ragent de voir le chanteur Greg Attonito être plutôt apatique, réservé et maladroit sur scène. C’est vrai que tu le verras jamais  monter sur une caisse de son, les bras au ciel, en criant «What’s up Montrealllll!». Il incarnera jamais ce genre d’icône fâchée imprévisible stéréotypée du punk rock. Il ne porte même pas de t-shirt aux manches coupées, tsé.  En fait, l’intérêt envers Antonino se situe ailleurs.

Bon, oui, Attonito bouge comme un flot de maternelle de 42 ans que sa cousine essaie de décoincer à un party de Noël, mais je suis toujours ému de le voir aller; c’est quasiment spirituel mon affaire. Je sais pas pourquoi je connecte autant avec l’énergie positive et avec la mine débonnaire d’Attonito, mais peu importe, les Bouncing Souls occupent une place toute particulière dans mon coeur, et visiblement ce soir, je ne suis pas le seul.

Quand les Souls embarquent sur scène, le plancher s’active rapidement et tous chantent en choeur la grande majorité des chansons. Même les p’tites nouvelles de l’album Comet (paru il y a quelques semaines), sont entonées par plusieurs. C’est fou, Bouncing Souls existe depuis 25 ans, et les nouvelles chansons poignent autant que les «premiers hits». Faut le faire!

Ordre des chansons:
Say Anything
Kids and Heroes
Sing Along Forever
Here We Go
Infidel
The Ballad of Johnny X
That Something Special
Lifetime
Fast Times
That Song
East Coast Fuck You
Highway Kings
Cracked
Hopeless Romantic
Coin Toss Girl
Argyle
True Believers
Kate Is Great
Comet

Rappel:
Baptized
Private Radio
Lean On Sheena
Manthem
Quick Check Girl
Gone
Ship In A Bottle

Pas encore de commentaire.

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos