BangBang : bangbangblog.com

Ultra Absorbant

Un vendredi soir dans une buanderie

Marc-André Savard
27 octobre 2012

Le festival Diapason a de drôles d’idées cette année. Ce soir, les Dales Hawerchuk et Jimmy Target and The Triggers branchent leurs amplis dans une buanderie et, la veille, Avec pas d’casque jouaient dans un club vidéo et un restaurant 24h. Ça me parle, moi, des projets bizarres comme ça, alors allons passer notre vendredi soir dans une buanderie à Laval (sauf que j’apporte une paire de bouchons au lieu de ma poche de linge sale).

Avant la brassée
Si les Misfits ont dit que «c’était l’Halloween à l’année longue», dans mon cas, c’est plutôt la Sainte-Patrick 12 mois par année. Avant mon escapade à Laval, je me rend donc aux Foufs où les Mahones, le meilleur band punk celtique au pays, jouent gratuitement. On est vraiment chanceux que le chanteur Finny McConnell et sa femme (la plantureuse joueuse d’accordéon Katie Kaboom) aient quitté Kingston pour s’installer à Montréal il y a deux ans. Ça permet des petites gâteries comme ce soir. Par contre, on dirait que, vu que le spectacle es gratuit, la foule se fout un peu du groupe, un peu comme on ignore le gars qui massacre des chansons de Weezer dans le métro. Les gens seront sans doute plus réceptifs lorsque les Mahones joueront avec Dropkick Murphys le 18 novembre prochain…et qu’ils auront payé 40$!

Rock around the Gain
Après le spectacle des Mahones, on se dirige vers la lointaine contrée de Laval -  là où la carte de la STM n’a plus aucun pouvoir – et le fameux Lavoir Plus; un endroit où un type perturbé aurait aperçu Bernard Adamus essayé de dresser une chèvre.

À notre arrivée, les remarquables Jimmy Target and The Triggers sont en train d’interpréter la sublime West Side Danger, tirée du ep Reverb Outlaws, paru l’an dernier. J’ai vraiment hâte au premier album complet, qui sera lancé bientôt chez C4, car ce groupe a le potentiel de créer autant de dommage qu’un kleenex dans une brassée de foncé.

Les Dales Hawerchuk suivent et le batteur Jonathan Bigras (en remplacement de Pierre Fortin, retenu par Gros Mené) s’installe devant une boîte de Gain et un gallon d’eau de javel. Le groupe semble particulièrement amusé de jouer dans un tel environnement et ça se comprend (après tout, le projet est aussi absurde que d’aller laver ses bobettes à l’Esco). En fait, le gros rock est tellement sorti de son élément que la cinquantaine de personnes présentes ont de la difficulté à trouver leur repère. Dans un bar, un rock aussi puissant aurait sans doute provoqué quelques pas de danse, mais ce soir, l’exercice se prête moins bien devant des sécheuses et un comptoir saumon/turquoise…

Dans un concept aussi éclaté, l’ambiance en souffre un peu, oui, mais je salue bien bas l’initiative du festival Diapason qui implique des commerces généralement ignorés par la scène musicale émergente. Les liens créés sont inusités et rafraîchissants. D ‘ailleurs, ce soir, la propriétaire de la buanderie passe tout le spectacle devant la scène à hocher de la tête et on souligne même le 25e anniversaire de son commerce avec un gros gâteau. Une bouchée de gâteau, une gorgée de Boris. C’est la soirée des mélanges fuckés!

Le Festival Diapason se poursuit jusqu’au 3 novembre 2012.
Consultez le site de l’événement pour connaître tous les spectacles qui s’en viennent.

Pas encore de commentaire.

Ultra Absorbant

Marc-André Savard

Comptes rendus d'événements humides et propos juteux.

À propos